mercredi 26 mars 2008

Helminthique (à base inerte)





Car le médiocre infiltre tout.

Le patron de droite cesse toute collaboration avec ses partenaires pour cause d'improductivité et/ou de comportements asociaux, le patron de gauche introduit le management de fin de vie servile sur le mode new age. Mains tatouées au henné (souvenir du kit Fram- Marrakech 97), il convoque le "décalage, tu vois" et ton intellectualisme de misfit (condamnation qu'il partage d'ailleurs avec celui qu'il est de bon ton de conchier gentiment à table, type le Nain agissant) pour te dégager entre deux splifs.

Car, aujourd'hui, il ne suffit plus de "bien faire son boulot" (i.e. pratiquer l'autocensure systématique avec les crevures détenant quelque pouvoir politique, économique ou symbolique; terminer la mission sans roter de la vodka/pomme à la face de celui qui s'imagine être "à la tête d'une structure horizontale"), il faut être "cool". Très cool. Etre à la fois positif dans la lose, chaleureux avec les co-enchaînés volontaires trimant pour trois cents -pas KF- balles, oui; and above all, pratiquer dans ta panoplie couleur l'écoute, l'écoute attentive des conseils du mois du boss à vie. Par exemple, la vieille merde pré-ménopausée à qui tu expliques que, oui, "dessert" c'est bien deux "S" et un "E" sans accent car le redoublement de consonnes and so on...et qui te claque "j'ai pas besoin de savoir ça, j'ai fait hypokhâgne et khâgne" (après avoir émis quelques doutes sur tes capacités orthographiques). Puisse sa trachée-artère de sur(e)merde s'enliser dans le pudding.

Il invoque (pour te virer) des "problèmes de communication" après t'avoir expliqué dans sa grande mansuétude de boss solférinisé que la "fracture sociale", il y croit. Tu te fades une simili explication de texte de type "régurgitation du discours de campagne de Chirac, période 95", il maintient, tu notes. Chez les patrons de gauche, le partage, ça existe, ça existe très bien même avec la droite. Les pages roses du dico remplacées dans un troublant rapprochement chromatique par celles du Figaro Economie.

Un vieux dégueulasse de type psychopathe lunatique entre dans le "bureau".

Il est 10h21 et "ça sent le rat mort". De grâce, mon ami, non, ni rat, ni mort... un parasite, oui, vivant, bien vivant! A moins bien sûr qu'on ait annoncé (enfin) le nouveau statut de macchabée du boss cool. Feux de joie pour tous, je paie ma tournée. Ni fleurs (équitables) ni couronnes (en papier mâché). Si seulement sa tête pouvait valdinguer contre le tableau noir, gling gling elle valse. In front of les alter-courtisans. La Merco black pourra bien faire des haltes devant les Assedic chez qui il a ses entrées, je ferais tourner d'un frôlement la boule à facettes suspendue à l'habitacle. Les bouteilles vidées en ton honneur, chère ordure...ma cirrhose à la gloire de ta cyanose de nouveau-mort. Prost.


Légère brise, le temps est aux gilets.

3 commentaires:

commission fracture sociale et rideau de fer a dit…

En somme, vous êtes appelée à de nouvelles responsabilités ?

Desperate Bureautière a dit…

Cool, on peut mettre des commentaires ("kikou lol, lâche tes com' sur ton skyblog")
La fameuse liste électorale de gauche du Don ressemblait à s'y méprendre à un inventaire de nantis (le pauvre du lot gagnant qq 3000€ par mois, la plèbe, donc)...translation de la vie politique vers la droite et excuse bido-foireuses pour jeter les cérébrés complexant.
Bien faire son boulot? Hé ho, ça va pas, non? Vade Retro satanas, sois cool (enfin 'kool' plutôt, on est ouvert d'esprit ou on l'est pas) et bouffe ton "déssert ékitable" en lançant une banalité sur l'actualité (surtout, faisons dans le superficiel, l'actualité, ok, mais rien de très dangereux, critiquons les Rolex présidentielles, mais ne disons rien sur les (non) réformes de Naboléon; critiquons le brushing d'Hillary, mais de grâce, rien sur sa position sur la peine de mort, argh, ne parlons pas de choses qui font peur, bouh...)
Un blog dessiné excellent que je t'incite à aller voir : http://www.bulledair.com/everland2/index.php/

Antimollusques a dit…

@ secrétaire général de ladite Commission ad hoc:

Y a comme qui dirait de la délocalisation sur le front de l'Est (parisien).


@ directrice des collections printemps-été noir bonbon 2008 de la fonction pu':

En effet, les décérébrés du tofu hexagonal nous les brisent. Néanmoins, notre "théorie" sur l'écriture et la non nécessité de faire preuve d'imagination se confirme puisque ces branques rédigent le scénario sans le savoir. Juste retour sur l'exploitation. Profitant de mes nouvelles fonctions de sujet en "recherche active d' emploi(s)", je bulle-dairise et éloge-pipeautise as well. Y a d'la joie dans le non salariat.