vendredi 7 mai 2010

Pierre Lang, ou "le prix Goncourt des assassins"






On apprend aujourd'hui à l'aube qu'un jeune garçon de quinze ans - poly-handicapé et kosovar sans-papiers de son état (il y en a qui cherchent vraiment à se faire remarquer) - a été expulsé de Moselle avec sa famille vers sa riante contrée d'origine. Trente gendarmes ont débarqué lundi dans l'institut d'éducation motrice de Freyming-Merlebach où le gosse était pris en charge, deux médecins ont apposé leur signature à la paperasse destinée à expulser le minot, et hop (la getz) la famille a pu embarquer mardi pour un vol aller simple en classe "accompagnée."

Dans le reportage diffusé ce matin sur France Info (1), le président de l'Association des paralysés de France s'est dit "scandalisé" par la décision. Pierre Lang, député-maire UMP de Freyming-Merlebach et également président de l'association (des paralysés français ?) qui gère l'institut, a trouvé quant à lui tout à fait normal qu'une telle opération ait été réalisée. La voix assurée, il dit au journaliste : "on ne peut pas accueillir en France tous les étrangers handicapés".

Il n'y avait aucune gêne dans ses propos, pas la moindre hésitation. Rien. Il était sûr de lui, tout à fait à l'aise avec la décision. Pierre Lang était content. Content et très heureux certainement de participer activement à la "politique de civilisation" initiée par notre président. Pierre Lang était content.

On ne peut pas accueillir en France tous les Playmobil mosellans. (2)




La propension à la joie et à l'autosatisfaction du monsieur ne date pas d'aujourd'hui. Non content d'avoir applaudi l'expulsion d'un môme de quinze ans vers un pays richement doté en structures d'accueil pour gosses handicapés (3), le joyeux drille mosellan s'est aussi distingué en 2004 pour ses positions d'un humanisme confondant présentées à l'Assemblée nationale. Il y a six ans, Pierre Lang co-signait une proposition de loi qui prévoyait le rétablissement de la peine de mort pour les auteurs d'actes de terrorisme (4).



Pierre Lang se rêvait en Guillotin de la Vème République, il donne maintenant dans la jardinière de concours. Il faut avouer que l'homme tend vraiment le bâton (Substral) pour se faire battre : le bulletin d'informations de Freyming-Merlebach révèle quelques petites histoires fort intéressantes où l'on voit que les notions d'accueil et de priorité sont finalement très relatives.


(... pourvu qu'ils nous ressemblent)






Freyming-Merlebach, ville martyre. Moselle, 2010.

... Mais ville qui sait se montrer "conviviale" :





Ah, le "caractère agréable, accueillant et souriant" des bourgades de France.

Il en aura fallu de la "persévérance". Trop humide le climat.


Un Kosovar handicapé mange la bouillie des Français.
Schnell !
Il faut que Pierre l'avale.









(1) Voir ici : http://www.france-info.com/france-societe-2010-05-07-un-adolescent-poly-handicape-expulse-vers-le-kosovo-438952-9-12.html

(2) Photo de Pierre Lang portant fièrement le casque (mais où donc est passée la pointe ?) issue du Bulletin municipal de mars 2010.

(3) "Hier soir, la préfecture faisait savoir qu’une fois arrivé sur le sol kosovar, le jeune handicapé avait été pris en charge par une équipe médicale." , selon France Info. Nous voilà rassurés, d'autant qu'on peut lire sur le très sérieux site du Ministère des Affaires étrangères, section "Conseils aux voyageurs", dans la fiche consacrée au Kosovo : " L’efficacité des soins hospitaliers est douteuse et les médicaments proposés peuvent être périmés. II est conseillé de voyager avec sa propre trousse à pharmacie de secours. Un rapatriement est préférable à toute complication médicale. Vérifiez avant de partir qu’il est compris dans votre contrat d’assurance." Fiesta à Pristina, donc.

(4) On trouve d'ailleurs parmi les signataires de l'époque Alain Marleix, actuel secrétaire d'État à l'Intérieur et aux Collectivités territoriales, Eric Raoult, l'auteur entre autres du "devoir de réserve" auquel les lauréats du Goncourt devraient être soumis selon lui, Christian Vanneste, grand ami des homosexuels et Olivier Dassault, fils de. Notons que les auteurs de la proposition de loi ont eu la bonne idée de citer, afin de justifier le rétablissement de la peine de mort, Robert Badinter himself : "Dans l’intérêt supérieur des Etats, la France, en lien étroit avec ses alliés européens, doit amplifier la lutte antiterroriste et afficher une fermeté exemplaire. C’est pourquoi, il importe qu’elle puisse disposer de cette peine d’exception qu’est la peine capitale, pour combattre le terrorisme, « crime majeur contre la démocratie », selon l’expression de Robert Badinter.
En temps de « guerre », car c’est le mot qu’il faut employer pour qualifier les attaques répétées et meurtrières dont les démocraties sont la cible, la défense des Etats et des peuples doit primer sur toute autre considération."


* "Le prix Goncourt des assassins" : Louis-Ferdinand Céline au sujet de la guillotine.

** Les deux premières images sont extraites du Bulletin municipal de Freyming-Merlebach.



3 commentaires:

Mr. PM a dit…

Ah? Je croyais que les journalistes du Figaro avaient démonté cette croyance gauchiste (fantasme gauchiste, ... c'est toujours un peu la même soupe, salauds de gauchiste!) selon laquelle les immigrés avaient peur de se faire expulser en allant se faire soigner.

Mr. PM a dit…

(sans papiers, bien sur)

Antimollusques a dit…

Ah, la clairvoyance des porte-plumes du Fig'...

Yep. Les immigrés, ça ose tout, et c'est même à ça qu'on les reconnaît, disent-ils.